mardi 15 mai 2018

Tutelle, Ehpad, hôpital même combat

Tutelle, Ehpad, hôpital même combat



Expertises médicales

Je relaye le témoignage de Sonia



Je suis tombée des nues lorsque j’ai reçu un questionnaire en 2014 me demandant des renseignements sur mon père et sur son patrimoine pour une demande de mise sous tutelle.


J’ai questionné mon père qui semblait abattu et humilié par ces démarches.


Sa femme m’a expliqué qu’une fiscaliste lui avait conseillé de mettre son mari sous tutelle car sinon il risquait d’avoir une amende pour avoir oublié de payer ses impôts, Et qu’en étant la tutrice de son mari, elle pourrait elle même s’occuper des comptes de façon légale.





Surtout, elle m’a suppliée de ne pas mentionner la maison de mon père en Italie. Je ne comprenais pas pourquoi. Et aussi de ne pas mentionner la retraite de mon père aux États Unis. De toutes façons, je ne connaissais pas le montant de sa retraite.





Le certificat médical circonstancié nécessaire pour la mise sous tutelle a été délivré par le Dr Rxxx, médecin expert de la liste du procureur décembre 2013.


Je m’explique très mal comment mon père qui enseignait encore un an et demi plus tôt à l’université de Chicago les mathématiques et la physique à un très haut niveau ait pu être candidat à une mise sous tutelle.


J’imagine la souffrance de mon père à une audience pendant laquelle sa femme se plaint devant lui des troubles cognitifs de son mari, devenu un poids pour elle!


Lui qui était si fier, n’a pas dû oser dire un mot.


Je me souviens d’une scène terrible fin 2013, dans un restaurant très chic aux États Unis, où ma belle mère a appelé le serveur pour lui rendre un plat que mon père avait commandé en trop, expliquant au serveur que mon père avait l’Alzheimer. Mon père est devenu rouge de honte. J’étais très mal à l’aise et choquée de voir mon père rabaissé ainsi.





Lorsque j’ai rencontré fin 2015, le médecin qui suivait mon père a l’hôpital Broca pour ses troubles cognitifs, ce médecin s’est montrée extrêmement surprise qu’on ne lui ait jamais demandé son avis. Elle ne savait pas qu’on pouvait mettre des gens comme ça sous tutelle.


Je me suis sentie fautive de ne pas avoir fait appel.


Par ailleurs mon père n’a pas l’Alzheimer. Tous les médecins qu’il a consultés avec moi sont formels.


Les réflexions pertinentes de mon père expliquant au médecin que ´L’INACTIVITÉ le rend triste, que son souhait est de retrouver son INDÉPENDANCE le prouvent.


Ma belle mère affichait sur la porte de la chambre où elle dormait ( elle faisait chambre à part)


« Ne pas ouvrir, je dors ». Un Alzheimer n’en aurait jamais tenu compte.





Mon père avait en 2013 quelques troubles spatio-temporels, mais il traversait Paris tout seul en transport en commun, surtout pour les trajets dont il avait l’habitude, en particulier pour rejoindre sa cousine. Jusqu’à fin 2014, mon père avait encore sa lucidité et son jugement.


En Août 2014, mon père a subit un choc émotionnel immense d’avoir été jetė dans un Ehpad par sa femme qui voulait la tutelle.


La tutelle confiée à une MJPM a été une véritable régression.


Mon père a été révolté de réaliser qu’il ne pouvait plus disposer de ses biens comme il le veut.





Dès le début de la tutelle, un notaire a conseillé à mon père de demander au juge l’autorisation de faire un testament. Mon père voulait au moins que soit appliquée la dévolution légale pour que ses 2 enfants ne soient pas spoliés de tout héritage à cause un don d’usufruit à sa 2 eme épouse beaucoup plus jeune que lui.





La tutrice, contactée à ce sujet par un avocat a fait traîner le dossier pendant 6 mois. Très liée avec l’épouse, elle a organisé une contre expertise avec un médecin expert le Dr Cxxx


Le certificat était accablant et très méprisant envers mon père, jugé incapable du moindre jugement! A cela ce médecin ajoutait que mon père devrait être dans un Ehpad, propos hors sujet et évidemment dicté par l’épouse qui voulait caser définitivement son mari.


Même si mon père avait fortement diminué au bout d’un an de tutelle, aidé par des neuroleptiques, ces propos concernant un Ehpad retirent toute l’objectivité au certificat.





Ces médecins experts sont payés, commandités par des tuteurs , des juges, des personnes abusant du système de tutelle, pour satisfaire les tuteurs, déresponsabiliser les juges…





Il existe heureusement quelques médecins de la liste d’une grande éthique, avec qui j’ai pu m’entretenir, m’expliquant que la priorité devait être donnée au maintien à domicile, qu’en aucun cas on ne pouvait placer son conjoint pour raison d’être dérangé par sa présence, et encore moins donner des hypnotiques à son conjoint parce on a du mal à dormir!!





Le 3ème expertise nuisible pour mon père a été celle du Dr Bxxxrecommandant un placement définitif en Ehpad. Ce médecin prétend qu’il y sera davantage stimulé!! Un non sens total! Surtout quand il ajoute que ce patient n’a besoin d’aucun soin hospitalier et se porte bien chez lui





La conséquence de cette ordonnance fut absurde. Mon père s’est retrouvé à l’hôpital sans avoir besoin de soin hospitalier, parce qu’un Ehpad était soit disant trop cher pour la tutrice malgré la retraite conséquente de mon père.


Entre parenthèse, le pire des des endroits pour être soigné, c’est bien l’USLD, (service longue durée pour personnes âgées), pas de service d’urgence, aucune intervention…si une patient tombe sur la tête, pas de scanner… les patients décèdent qu’on sache la raison… ils sont vieux!!





Tutelle, Ehpad, hôpital, succession, même combat.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pseudo :

Mail ou phone :