samedi 17 mars 2018

Râler c'est bien, agir c'est mieux

Si le système tutélaire n'a cessé de se dégrader au fil du temps  c'est qu'il n'a pas rencontré de résistance.

Donc de deux choses l'une :

ou bien, malgré ses imerfections le système tutélaire convient à une majorité de " protégés "
ou bien  les protégés sont trop passifs... évidemment il serait stupide d'incriminer les personnes sous tutelle-curatelle  il leur est presque impossible de se défendre contre le "mammouth tutélaire "   premièrement par ce qu'ils sont affaiblis par différents handicaps, l'âge, la maladie, des traitements médicamenteux lourds   deuxièmement parce qu'ils n'ont pas d'argent. c'est le tuteur qui tient les cordons de la bourse. Or l'argent est le nerf de la guerre.

Mais ces victimes ont des proches et c'est à ceux-ci d'agir :  or beaucoup râlent mais très peu agissent.


Il existe pourtant un moyen de se faire entendre et de médiatiser les affaires  : internet.

Il ne faut compter ni sur le système judiciaire  ni sur les avocats  donc que reste -t -il internet.

Nous avons la chance de vivre en 2017  et les technologies modernes  permettent aux gens de se regrouper, de se rencontrer, de se fédérer et d'agir ensemble.
Les réseaux sociaux  peuvent être un levier d'action phénoménal : il suffit de savoir les utiliser :  c'est à dire de publier des posts qui soient informatifs et constructifs avec 
soit des témoignages.
soit des articles de loi  qui permettraient aux victimes de mieux se défendre
soit des suggestions.
Facebook  pourrait être bien autre chose qu'un simple défouloir.
Quant aux blogs ou aux sites Internet qui dénoncent le système tutélaire on peut hélas les compter sur les doigts d'une seule main.  Dommage...
Les gens attendent toujours que les journalistes médiatisent leur petite affaire personnelle  alors qu'Internet leur offre la possibilité de médiatiser eux-même leur affaire...

Pendant la deuxième il y avait juste une toute petite minorité de " résistants " ils n'avient ni portable ni Internet  et pourtant ils sont parvenus à leurs fins.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pseudo :

Mail ou phone :