mardi 9 octobre 2018

Signalement au Juge d'une faute grave commise par la tutrice

ignalement au JDT d'une faute grave commise par une tutrice

Objet : signalement d’une grave faute de gestion commise par ma curatrice et fortement préjudiciable à son majeur sous tutelle

L.R. A.R.: N° 1A 136 690 5551 9

Pièces jointes: n°1: Courriel de Madame N expliquant la marche à suivre pour le     paiement des loyers en date du 29 octobre 2014

    n°2: Attestation de Monsieur P IDE ayant rangé les boxes et     expliquant leurs contenus

       

Madame le Juge,
Je me vois obligé de vous informer d’un fait préoccupant qui porte grandement atteinte à mon état de santé psychologique ainsi qu’à ma situation financière. Ma curatrice Madame B, nommée par vos soins le ? a omis de payer la location de boxes (trois puis deux boxes) que je louais au 5, rue de Belleville, Paris 75020 depuis novembre 2014. Dans un premier temps, Madame N (la mère de ma fille et amie) avait très bien géré mes affaires pendant ma longue hospitalisation, notamment la régularisation des loyers de ces boxes. Ainsi, lors de la mise en place de la curatelle, la situation a bien été transmise à Madame B, ainsi que tous les éléments capables de mettre en route en quelques clics leur paiement par virement automatique (pièce jointe n°1) via le site du bailleur.
De plus, ma sœur me reversant une partie du loyer d’un boxe (elle y stockait quelques meubles anciens de valeur lui appartenant), Madame B avait connaissance de ces virements, m’en parlait et insista pendant mes deux premières années de curatelle pour que je libère ces boxes qui selon elle me coûtaient trop cher. En ? 2016 j’avais donc réussi à en libérer un sur les trois, aidé d’un infirmier de l’association (lettre ci-jointe).
Au moment de mon emménagement/déménagement fin avril dernier, j’ai donc découvert avec horreur que ces deux boxes restants, pleins au maximum, venaient d’être vidés à la demande du bailleur Foncia. 
Ce choc terrible est une catastrophe dont je ne me remets pas. Il y avait toute ma vie et celle de ma famille, les souvenirs, le contenu de mes appartements précédents et d’importants documents. En effet, après le décès de ma mère en avril 2013 chez qui je vivais pour la soigner, je n’ai plus eu de domicile jusqu’à ma sortie d’hôpital en mai 2014, période à laquelle j’ai temporairement emménagé dans une petite chambre thérapeutique où je ne pouvais ranger que très peu de choses. J’avais donc stocké dans ces boxes (dès mai 2013) toutes les affaires de ma défunte mère, sa succession mobilière, du gros électroménager, ainsi que de nombreux d’objets d’art et tableaux anciens m’appartenant (j’ai été antiquaire et collectionneur depuis l’ouverture du Louvre des Antiquaires en 1977), de belles pièces que je gardais pour faire face à des dépenses futures et pour financer les frais d’études ou le permis de conduire de ma fille (22 ans aujourd’hui).  
Madame B ayant finalement parlé au gardien, il apparaît que les boxes ont été reloués après avoir été vidés quelques semaines plus tôt par Foncia.
Ma fille et moi avons essayé de savoir ce qu’il était advenu de leur contenu. Hélas, sans résultat. Et nous avons perdu beaucoup de temps pour rien. Sans parler du caractère déprimant d’une telle perte. Se pose également un problème de confiance à ma curatrice dont les manquements me portent aujourd’hui préjudice. Je suis seul à Paris, ma sœur vit à Montréal, ma fille étudie à Reims. Je sollicite votre indulgence pour le temps que j’ai mis à vous écrire et m’en remets à vous pour obtenir réparation. 
Je vous adresse ci-joint les seuls documents en ma possession qui établissent les faits.
En vous remerciant à l'avance de l’attention que vous voudrez bien porter à l’étude de mon dossier, je vous prie d'agréer, Madame la Juge, l'expression de mes sentiments respectueux."



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pseudo :

Mail ou phone :