lundi 3 septembre 2018

Mon procès en diffamation en direct ou presque





Mon procès en diffamation : petit résumé des faits.

Il y a un an je reçois un coup de fil de la police me demandant si j'étais bien l'auteur des propos tenus dans mon blog à l'encontre de la tutrice de ma mère, du Juge des tutelles etc.etc.

Cet appel ne m'a pas surprise , l'année précédente j'avais reçu des mises en demeure me demandant de retirer mes propos contre tel ou tel...
J'ai répondu au policier que j'étais bien l'auteur de ces posts.
Il m'a dit que je devais m'attendre à être convoquée chez le Juge d'instruction dans les mois qui suivaient , que le Juge allait probablement me mettre en examen et que mn procès aurait lieu d'ici un an .

En décembre, j'ai effectivemen reçu une convocation et j'ai été convoquée au Palais de justice .
Quand je suis arrivée dans le bureau du Juge, au 6 ème étage du vieux Palais de Justice de Paris, la greffière m'a reçu avec un large sourire et m'a dit que e Juge avait eu un emêchement et que je recevrais une nouvelle convocation dans les mois qui suivaient..et qu'il ne fallait donc pas que je m'éloigne trop de la région parisienne…

Elle ne s'est absolument pas excusée de m'avoir fait déranger pour rien.
Un mois après je reçois une nouvelle convocation , je m'y rends , cette fois la Juge est là, elle ne juge pas utile de s'excuser de m'avoir fait déranger pour rien la dernière fois..
A ma grande surprise je vois qu'un avocat est présent dans la pièce.
" Madame la Juge d'instruction , j'ai expliqué que je ne voulais absolument pas d'avocat, je ne supporte pas ces gens là. "
_ La présence d'un avocat pour la première convocation est obligatoire Madame.
_ Et bien dans ce cas là ce sera sans moi,
j'ai fait mine de m'en aller
La Juge m'a expliqué que e devais rester, elle a donné les passages de mon blog incriminés à lire à l'avocat.
Nous sommes sortis de la pièce , l'avocat a lu cinq minutes les passages de mon blog puis il s'est mis à blgasser avec des collègues à lui.
Moi je me suis endormie parce que la veille j'avais joué aux cartes toute la nuit.
Au bout d'une heure la greffière est venue me réveiller , l'avocat et moi sommes entrés dans la pièce.
J'ai dit au Juge
- Je ne parlerai qu'en l'absence de mon avocat.
Elle n'a pas relevé
La Juge a vérifié mon identité, m'a demandé si je reconnaissais être l'auteur des propos incriminés, j'ai dit que oui, elle m'a dit qu'à partir de cet instant j'étais mise ne examen, j'ai signé les papiers. ça a duré à peine dix minutes.

L'avocat n'a pas moufté. Je suppose qu'il a été payé pour sa " prestation " ...: je m'y rends
C'est fou le pognon que les avocats peuvent se faire grâce aux tutelles…

Deux mois après à ma grande surprise je reçois une autre convocation d'un autre Juge d'instruction je m'y rends et là on me refait signer des papiers j'imagine qu'ils avaient dû se rendre compte d'un ou deux vices de forme et les corriger mais je n'ai eu droit à aucune explication ni bien sûr à aucune excuse pour m'avoir fait déranger une seconde fois..

_ Monsieur le Juge, c'est bien joli tout ça, ça fait trois fois que je viens ici. moi ce que je voudrais savoir c'est à qui je dois envoyer les pièces pour ma défense: J'ai un dossier de plus de 400 pages..
_ Madame, vous aviez la possiblité de prendre un avocat mais vous avez refusé.
_ En effet, Monsieur le Juge, vous savez aussi bien que moi que les dés sont pipés et que je n'ai aucune chance contre un mandataire judiciaire assermenté , d'autre part avec la tutelle de ma mère les avocats se sont mis près de 50.000 € dans la poche.

Le Juge ne me répond pas et m'explique que la loi sur la diffamation est très particulère et que le jour du procès le Juge décidera s'il y a ou non diffamation.
Là j'ai compris que les choses n'allaient pas se passer comme je l'avais imaginé, ce procès j'avais toujours su depuis que j'avais commencé le blog qu'il aurait lieu un jour, je ne me faisais pas trop d'illusions sur son issue mais j'avais quand même passé quatre ans de ma vie à réunir et compiler des tonnes de documents prouvant que la tutrice avait très mal agi, s'était comportée de façon ignoble et après cet entretien de cinq minutes avec le Juge .d'instruction j'ai compris qu'on me privait du droit de me défendre ... ça m'a quand même fait un choc.

   Cenqui m'ennuyait le plus c'est que je devais passer des examens médicaux probablement suivis d'une hospitalisation mais que je ne voulais surtout pas rater mon procès, on ne m'avait fixé aucune date.
Fin juillet dernier, donc très récemment puis que nous sommes le 2 septembre j'ai reçu un courrier d'huissier m'informant que je dois passer chercher l'acte de citation prévenu correctionnel au TGI de nanterre ' dans les meilleurs délais " !
Ils sont fauchés au point de vous faire aller chercher vous même l'acte de citation.
Bon je suis allée le chercher : rien sur la défense de mes droits en revanche il est précisé que je dois avoir mon carnet de chèque sur moi !!!!!






3 commentaires:

  1. "Elle ne s'est absolument pas excusée de m'avoir fait déranger pour rien." Ces individus de la pire espèce se croient au-dessus de tout et de tout le monde, et aussi des lois, mal foutues ou non. Ils sont nés comme ça, pour faire le mal en toute impunité, et en ce sens, mon amie ex-institutrice à la maternelle, a eu à sa disposition un intéressant laboratoire. Les enfants l'adoraient, les parents lui sont reconnaissants (j’en suis témoin), mais le plus arrogant des petits est devenu avocat. Pas inintelligent. Est-ce un hasard s'il est devenu l'administrateur de biens et de la personne d'une amie de mon amie, travaillant dans la même école en tant que dame des garderies, complètement dépossédée par ce gangster de naissance ? (voir « Etudes de cas de victimes exemplaires du système d’administration et de biens de la personne » sur http://www.danielpisters.be/adminBiensPersonne.php). Il faudrait discerner le gène du Mal pour circonscrire ces gens (juges, avocats, notaires, politiciens, etc. etc.) et les éliminer avant la naissance, je n’aurais aucun scrupule à le faire, à appliquer ce programme qui est l’inverse de celui des nazis, favorisant les êtres disposés à faire le Mal (mais pour des raisons différentes, ne confondons pas tout ; de plus les nazis étaient assez stupidement convaincus de faire le bien en faisant le mal, de sorte qu’ils ont été la plus Grande Dupe de l’Histoire, ce qui n’est pas le cas des gens auquel nous avons affaire. Je n’aurais aucun scrupule à le faire et en plus j’en profiterais comme Mengele pour faire des expériences in vivo sur eux ; l’anesthésie fausse les réactions aux expériences, donc il n’y en aurait pas, ni calmants d’aucune sorte. Je n’aurais aucun scrupule à le faire si cela ne menaçait de réduire la biodiversité, car pour faire un monde, il faut des bons et des mauvais sous toutes les formes. Dans un monde d’une cruauté inique, je prône une cruauté plus grande encore, mais bien ciblée. Il ne faut pas se tromper de victimes.
    J’aime bien aussi votre saillie : « Je ne parlerai qu’en l’absence de mon avocat ». Cela ne déboussole même pas ces imbéciles. L’esprit n’a aucune prise sur eux.
    Quand je parle d’expérience in-vivo, cela vous fait un tantinet frémir… Le retour de la torture. Vous vous demandez si je ne suis pas un monstre. Les monstres c’est eux. Ils ne sont ni humain, ni animal et je ne retiens que par mauvais jeu de syllabe que le mot « mal ». N’avez-vous pas parfois l’impression qu’ils se livrent à un expérience in-vivo sur vous ? Et sans anti-douleur. Sont-ils assez intelligents pour se substituer, à leur bas niveau, à des expérimentateurs de laboratoire comme j’en ai vu dans mon métier ? J’en doute fort. Encore une fois, je vous demande de vous référer à Mme Ghislain (orthographe du nom à vérifier), souris de laboratoire, dans « Etudes de cas de victimes exemplaires du système d’administration et de biens de la personne ».
    Je constate avec regret que presque personne ne réagit aux enquêtes de l’inspecteur Laure, aux étapes de votre procès. Veuillez croire que je n’ai que peu d’intérêt à faire résonner ma voix féroce et dictatorial sur votre blog ni ailleurs. Ne vous demandez-vous pas parfois si l’on prend la peine de vous lire ?

    Vous devriez faire ce que l’on appelle sur LinkedIn un « manager announcement » dans les groupes dont vous êtes « owner », pour signaler la parution d’un nouvel article, afin d’attirer l’attention des gens susceptibles d’être concernés. Mais je retrouve plus cette fonctionnalité sur LinkedIn, alors que je paie 20 à 30 EUR par mois pour y ouvrir ma gueule.

    RépondreSupprimer

Pseudo :

Mail ou phone :