mercredi 11 janvier 2017

Quand le tuteur vole ses protégés



Erika Rodier, une retraitée d’origine allemande âgée de 79 ans, connaît depuis des années un sort peu enviable. Habitant la région de Clermont-Ferrand, elle s’est d’abord vue grugée par l’appétit de son concubin, qui a mis la main sur ses biens immobiliers. Puis, en 2002, elle a été mise sous tutelle. Nouvelle déconvenue: le tuteur profite de son état de santé déficient en ne lui allouant que 100 euros d’argent de poche par mois! Une somme qu’il ne lui verse plus depuis mai 2003, selon sa fille, Marcelle Fassion. Elle à beau, depuis des mois, lui réclamer des explications, rien n’y fait. Du coup, excédée, Marcelle Fassion a fini par porter plainte.

Clermont-Ferrand toujours, un gérant de tutelle se serait livré, lui aussi, à quelques dérapages. Educateur-chef d’un foyer accueillant des mineurs en difficulté, il était mandaté par les tribunaux d’instance de Clermont-Ferrand, Riom et Issoire pour gérer les dépenses de 15 incapables majeurs. Au lieu de remplir sa mission, l’éducateur a préféré utiliser leur argent pour… aller jouer dans divers casinos auvergnats. Un petit jeu qui a duré cinq ans et lui aurait permis de détourner plus de 300 000 euros. Mais le gérant indélicat n’avait pas prévu que, à la suite du décès de l’une de ses proies, une banque, un peu trop curieuse, découvrirait ses agissements. Il a été mis en examen pour abus de confiance aggravé, faux et usage de faux…

Alexis Vaussenat, gérant de tutelle ; Belley, dans l’Ain, n’avait pas plus de scrupules. Entre 1994 et 1997, il a détourné 1 million de francs au préjudice de personnes qu’il était censé protéger. Il a fait plus fort que son collègue clermontois en s’attirant les bonnes grâces d’une juge des tutelles, Anne-Marie Bonnet, dont il est devenu l’amant. Aussi, cette dernière n’a eu de cesse de lui confier des dossiers (50 en 1993, 180 en 1997), faisant ainsi fructifier son chiffre d’affaires, qui a atteint très vite 1,3 million de francs par an. Surnommés les Bonnie and Clyde des tutelles, ils furent tous deux sévèrement condamnés, Alexis Vaussenat écopant d’une peine de cinq ans d’interdiction professionnelle, tandis qu’Anne-Marie Bonnet était radiée de la magistrature. Au procès, en juin 2000, elle aura cette phrase: J’ai été une grosse pomme, mais tout le monde faisait pareil à l’époque.? De tels propos laissent sans voix, d’autant plus que ce genre de liaisons dangereuses entre juge et gérant de tutelles ne semble pas avoir totalement disparu…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pseudo :

Mail ou phone :